Inga Abele – Les cerfs noirs

AbeleL’année dernière j’étais allée à Košice, deuxième ville de la Slovaquie, Capitale Européenne de la Culture pour l’année 2013 (avec Marseille), et sur laquelle j’écrivais un compte-rendu. L’écrivain hongrois Sándor Márai, né à Košice alors que la ville s’appelait Kassa et faisait partie de la Hongrie, figurait parmi les grands points du circuit culturel de la ville.

Cette année, c’est à Riga, capitale de la Lettonie, qu’a été attribué le titre, l’occasion pour moi de me pencher un peu sur la littérature d’un pays dont j’ai presque tout à découvrir.

C’est là qu’Inga Abele entre en scène. Née en 1972 à Riga, elle est l’auteur de romans, de nouvelles (L’Archange Minotaure en a publié deux recueils : Nature morte à la grenade en 2005, et Saute de vent en 2010), et de pièces de théâtre dont Les Cerfs Noirs.

Loin de Riga, c’est à la campagne que se situe la pièce, à Rasa Panemune où règnent « le silence, la boue, le vent et le froid. Et aucun plaisir. Jamais le moindre plaisir. » C’est Ria qui dit ça, jeune adolescente en brouille avec son père à cause des cerfs que toute la famille a élevés mais que le père s’apprête à tuer et à vendre.

Les Cerfs Noirs se lit très rapidement, une petite cinquantaine de pages pour une courte après-midi le sort réservé aux animaux fait surgir tous les malaises, toutes les tensions entre les personnages. Ceux-ci sont décrits de manière très vivante : Ria, pleine d’idéaux et de rébellion, qui refuse de se cantonner à l’école et aux leçons de piano ; Auguste le voyageur insolite en quête d’argent ; Alf le père indécis au passé trouble ; Janis le grand-père aux mœurs surannées mais aux pieds biens sur terre ; Nadia la deuxième épouse d’Alf, à qui chacun ne cesse de rappeler qu’elle n’est qu’une « vieille Russkof » et qui petit à petit prend le même chemin qu’Aija, la première femme reléguée à l’asile de fous.

La pièce s’ouvre dans une atmosphère assez sereine, mais c’est sur une mini révolution qu’elle se termine alors que Ria et Nadia prennent des décisions surprenantes. Plus que le fond ou les personnages, cependant, j’ai aimé la capacité d’Abele à clore cet épisode de la vie d’une famille tout en entrouvrant la porte juste assez pour montrer au lecteur/à l’audience que cette vie de famille ne pourra plus être comme avant.

La place des femmes dans la société lettone, les relations entre générations, l’absence de la mère, et l’évocation de vies entières au travers d’un épisode concentré en quelques pages : ce sont des thèmes que j’ai trouvés aussi dans « Ants and Bumblebees ». Cette nouvelle d’Abele, traduite en anglais dans le recueil Best European Fiction 2010 et lue par la suite, m’a confirmé que c’est là une auteur à suivre.

Abele portrait

Inga Abele, Les cerfs noirs (Tumšie brieži, 2000/2005). Trad. du letton par Gita Grinberga et Henri Menantaud. Éditions théâtrales, 2008.

Publicités

3 commentaires on “Inga Abele – Les cerfs noirs”

  1. cecile83 dit :

    Je ne connaissais pas du tout. J’ai noté bien sûr. Merci pour la découverte.

  2. […] dernière avait bien commencé : une pièce de théâtre contemporain venue de Lituanie, quelques incursions en Allemagne de l’Est, deux voyages chez […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s