Quelques publications de début d’année

On commence par une belle moisson chez Noir sur Blanc avec :

Solstice d’hiver du serbe Svetislav Basara (je suis incapable de dire de quoi il s’agit);

Le Temps des femmes de la russe Elena Tchijova, un « roman à cinq voix » (féminines) dans la Leningrad des années 1960;

Saturne, du polonais Jacek Dehnel, un « roman familial d’une tension inouïe » autour du peintre Francisco de Goya ; et

(à venir en avril), Siège 13 de Tamás Dobozy. Je le mets ici même si Dobozy est un écrivain canadien (de parents hongrois) qui écrit en anglais. Siège 13 est une collection de nouvelles alternant entre Budapest pendant la seconde guerre mondiale et la diaspora hongroise nord-américaine.

Chez Gallimard, Le Miel du suisse-serbo-croate Slobodan Despot, un voyage au travers la Yougoslavie juste après la guerre, a déjà fait son apparition sur les blogs. J’ai aimé ce que Cécile en dit ici.

Gallimard ré-édite aussi, 40 ans après sa première publication, Le sang du ciel du polonais Piotr Rawicz : « quelque part dans une Ukraine qui n’est qu’une Ukraine de légende, Piotr Rawicz parvient à reconstituer, dans un rythme sauvage, l’univers hallucinant de la persécution nazie, à dépeindre le mécanisme de l’extermination d’un peuple. »

Chez Phébus, Cette nuit, je l’ai vue, du slovène Drago Jančar, un roman sur un couple et sur la Slovénie de la seconde guerre mondiale.

Les Zweig-ophiles peuvent se réjouir de la publication de la correspondance d’un écrivain phare de la Mitteleuropa et de l’allemand Klaus Mann couvrant la période 1925-1941, aussi chez Phébus (parution prévue en mars).

Aux Éditions Non Lieu, Nous étions cinq, du tchèque Karel Polacek, un roman sur l’enfance dans une ville de province de Bohème du début du XXè siècle et durant la seconde guerre mondiale, que les Éditions Non Lieu comparent à La guerre des Boutons de Louis Pergaud.

Chez Libretto, Le journal d’un loup du polonais Mariusz Wilk. Un livre classé autobiographie sur les six années passées sur les îles Solovki en 1991 par cet adepte du grand nord scandinave et russe. Une poignée de livres de Mariusz Wilk existe aussi aux Éditions Noir sur Blanc avec à chaque fois une couverture magnifique.

Les étrangers du hongrois Sándor Márai sort chez Le livre de poche en version… poche (le grand format est chez Albin Michel) et relate les deux années parisiennes d’un jeune Hongrois dans les années 1920, tirant probablement son inspiration d’un épisode similaire de la vie de Márai. A ne pas confondre avec L’étrangère, autre roman de Márai.

Chez Galaade, L’écrivain fantôme du serbe Zoran Živković, un « surprenant thriller littéraire sans cadavre ni assassin ».

Et puis, même si c’est déjà paru il y a quelques mois et est plus axé image que littérature, mention spéciale pour Roumanie, un autre regard, aux Éditions Le Monde Autrement. L’album a l’air très sympathique et est le dernier-né d’une série qui comporte aussi des titres sur la Slovaquie, l’Albanie, la Géorgie, l’Ouzbékistan et le Pakistan.

Edit du 26/2 : Sandrine me signale les éditions Mirobole, qui publient en avril Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir Lortchenkov, et Cécile Dans les docks de Braïla du roumain Panaït Istrati aux éditions Sillage. Merci à toutes les deux !

Edit du 3/3 : Je rajoute à la liste Le char et le trolley, du journaliste et écrivain tchèque francophone Martin Daneš chez Vents d’ailleurs. Le livre est écrit directement en français. Le contexte : Tchécoslovaquie, à la fin des années 1960.

Publicités

9 commentaires on “Quelques publications de début d’année”

  1. cecile83 dit :

    En fait, j’ai une PAL de l’Est puisque j’y ai Le temps des femmes, Le sang du ciel, et Le journal d’un loup. Je vais regarder L’écrivain fantôme (jamais entendu parler) et je lorgne sur Cette nuit, je l’ai vu depuis sa sortie … Sinon j’avais noté Dans les Docks de Braila de Panait Isrtati aux éditions sillage. Cela ne rentre pas dans le thème de ton blog ? Si oui, est-ce que tu l’as lu pour m’en dire plus.

    • C’est une PAL de l’Est qui est vraiment a jour, alors! De Panait Istrati je n’ai lu que Kyra Kyralina et Oncle Anghel que j’avais bien aimés (mes impressions sont quelque part sur le blog), et j’imagine que je penserai de meme de Dans les Docks de Braila quand je le lirai.

    • Zut, je pensais qu’il était déja sorti il y a longtemps mais en fait c’est aussi une nouvelle parution. Je l’ajoute!

  2. Sandrine dit :

    Connais-tu les éditions Mirobole ? Une nouvelle maison qui propose des titres en polar et fantastique essentiellement, venus de pays de l’Est ou scandinaves.

    • Maintenant je me souviens qu’effectivement je suis tombée sur leur site récemment (ca m’ennuie de ne plus savoir comment j’y suis arrivée) mais je n’avais pas noté de titres parce que je ne m’intéresse pas trop aux polars et au fantastique. Heureusement que vous etes la pour me les rappeler parce qu’ils ont eux aussi un titre qui sort bientot et que je vais rajouter a ma liste.

  3. Dominique dit :

    je viens de faire une grande liste, Mariusz Wilk j’ai tout lu de lui mais sans jamais faire de billets car je trouve difficile de résumer en peu de mots ses livres foisonnants
    J’ai noté le livre Tchèque et le sang du ciel que je n’ai jamais lu et bien sûr « le miel » qui fait plus que me tenter
    merci pour toutes ces infos, les tables en librairies ne sont pas toujours riches en littérature de l’Est

    • Je repeche encore une fois votre commentaire des indésirables… J’avais regardé chez vous pour Wilk parce que j’ai l’impression que vous aimez ce genre de livres, je comprends maintenant pourquoi je n’y ai rien trouvé! Le journal du loup et Nous étions cinq me tentent particulierement, l’un d’entre eux finira certainement dans ma besace. Je vais rarement dans les librairies francaises puisque j’habite a l’étranger mais c’est vrai que souvent ca ne va pas plus loin que Márai et Kundera. Par contre il y a souvent de bonnes surprises chez les bouquinistes.

  4. Marilyne dit :

    Merci pour ce billet. J’ai lu  » Le temps des femmes « , un très beau roman servie par une toute aussi belle plume ( je me permets de vous déposer le lien vers ma chronique si cela peut vous intéresser : http://www.lireetmerveilles.org/pages/lectures/litterature-russie/le-temps-des-femmes-e-tchijova.html )
    La lecture de  » Cette nuit, je l’ai vue  » m’attend, ce sera une découverte.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s