Trois chroniques de la rentrée littéraire (collections printemps et automne 2020)

Après mes escapades du côté du Bélarus et de sa littérature, des nouvelles parutions du mois d’octobre, des prix littéraires et notamment du prix INALCO (avec aussi un entretien avec ses fondatrices, et un autre avec sa lauréate 2020 Chloé Billon), il est temps de m’attaquer aux romans de la rentrée littéraire de mars et de septembre. Ceux-ci se sont accumulés sur mon étagère, menaçant de s’effondrer sur mon clavier si je ne me dépêche pas d’en parler.

Quels sont ces romans ? Je ne veux pas tout dévoiler aujourd’hui, et je vais donc me contenter de dire : a) qu’ils sont parus dans leur langue d’origine entre 2014 et 2018, b) que le premier et le deuxième abordent le monde contemporain de manière très différente l’un de l’autre, c) que le deuxième et le troisième se déroulent à une centaine d’années l’un de l’autre mais qu’ils sont publiés par la même maison d’édition, et d) qu’il n’y a aucun point commun entre le premier et le troisième.

Pour en savoir plus, rendez-vous cette semaine et la semaine suivante !