1500kms à la ronde : retour sur un mois de mars presque complètement hongrois

En me repenchant, fin décembre dernier, sur l’année écoulée, je m’étais rendu compte que, sur 34 chroniques d’œuvres de fiction d’Europe centrale, de l’Est et des Balkans, seules deux étaient traduites du hongrois. Un comble, pour un blog basé à Budapest et bénéficiant d’une grande facilité d’accès à la littérature traduite du hongrois (l’absence relative de nouvelles traductions ces derniers temps, par comparaison avec d’autres langues de la région telles que le roumain et le croate, a certainement joué).

Pourtant, il y a tout simplement beaucoup de littérature hongroise à découvrir, avec des œuvres bien plus riches et variées qu’on ne pourrait croire en se basant sur les auteurs les plus connus en France (c’est-à-dire, probablement, Sándor Márai et Imre Kertész). En 2014, j’avais déjà réalisé un « petit guide de la Hongrie en douze chapitres », présentant douze romans couvrant un très long XXe siècle, de 1869 à 2001. Au total, alors que je m’achemine doucement vers le dixième anniversaire de ce blog, je comptais au 1er mars une cinquantaine de titres traduits du hongrois ou étroitement liés à la Hongrie présentés ici.

A quelques rares exceptions près, ce sont des titres du XXe siècle, mais ils sont tellement variés en termes de sujets, de forme et de style que je ne vais pas m’aventurer à chercher les points communs entre ces cinquante et quelques titres.

Lire la suite »