En français, en hongrois, en musique : autour de Krisztina Tóth

Krisztina Tóth: Delta (traduction: Guillaume Métayer)

En français, quelques poèmes, ici (traduits par Guillaume Métayer) ou (Le rêve du Minotaure, poèmes traduits du hongrois par Lionel Ray et illustrés par Franyo Aatoth. Eds Caractères, 2009).

En hongrois, en musique, d’autres poèmes. Ici, « Beszélek » [Je parle], par le groupe Magashegyi Underground (avec, en images, Budapest en noir et blanc).

En français, un recueil de prose : Code-barres, traduit du hongrois par Guillaume Métayer, Gallimard, 2014. « Quinze voix, quinze histoires et presque autant d’exemples de la fragilité des jours, entre Budapest, le Japon et Paris. ». Et une contribution aux six Nouvelles de Hongrie, rassemblées dans la collection « Miniatures » de Magellan & Cie (2017), aux côtés d’autres écrivains contemporains : Béla Fehér, Krisztián Grecsó, János Lackfi, Lajos Parti Nagy, et Edina Szvoren.

En hongrois, beaucoup d’autres recueils de prose : Pixel, Akvárium, Pillanatragasztó, Párducpompa, Fehér Farkas (et des pièces de théâtre, des textes pour enfants, des traductions du français (notamment de poésie contemporaine)) (et de nombreux prix prestigieux, de 1990 (prix Radnóti) à 2020 (prix Libri)).

En français, un arrêt à Cognac : en octobre-novembre, pour la résidence littéraire Jean Monnet, avec participation au festival Littératures Européennes Cognac. « Elle y travaillera sur un prochain livre jeunesse pour les enfants de 6 à 11 ans, rassemblant différents contes pour les aider à penser le monde d’aujourd’hui, sous un angle engagé et féministe. »

En hongrois, une femme engagée et menacée : victime d’une campagne de diffamation dans la presse et d’actes d’intimidation, pour avoir suggéré, dans un entretien accordé à une revue littéraire en février 2021, qu’un roman très connu d’un écrivain hongrois très classique (Mór Jókai), n’a plus sa place parmi les lectures scolaires obligatoires d’aujourd’hui, du fait de sa représentation archaïque du rôle des femmes dans la société [ma chronique d’un autre roman très connu en Hongrie de Mór Jókai, avec également un questionnement sur sa construction des personnages féminins : Les Baradlay ou Les Trois Fils de Cœur-de-Pierre].

Déclaration de Krisztina Tóth. Traduction: Guillaume Métayer

En français : son traducteur Guillaume Métayer a présenté Krisztina Tóth, et la polémique et son contexte, dans cet article et à la radio. Krisztina Tóth s’est aussi exprimée au micro de France Culture.

Tout cela pour dire : en français, en hongrois, et/ou en musique, faites connaissance avec l’œuvre de Krisztina Tóth !

 


2 commentaires on “En français, en hongrois, en musique : autour de Krisztina Tóth”

  1. Patrice dit :

    Je me promets de lire Krisztina Toth et je trouve cette campagne de dénigrement tout à fait incroyable. On peut ne pas être d’accord et en débattre, sans pour autant tomber dans ce genre d’intimidations et de pressions.

    • Malheureusement, l’écart entre l’idéal que tu présentes et la réalité se creuse tout le temps. C’est vrai partout mais on le ressent particulièrement en Hongrie où tant de choses sont politisées à outrance et, donc, sorties de la sphère possible du débat (dans une société qui n’est pas éduquée à débattre et pas éduquée à avoir un regard critique sur les informations qu’elle reçoit).


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s