Une toute petite poignée de nouveautés en juin

Juin et juillet me semblent très calmes du côté des nouvelles traductions d’Europe centrale, de l’Est et des Balkans à paraître en librairie, mais ce n’est pas très surprenant!

Après sa traduction de La femme qui a mangé les lèvres de mon père, de Tudor Ganea (mon article ici), et de Comme si de rien n’était, d’Alina Nelega (mon article ici), Florica Courriol continue de nous faire parvenir en français la littérature roumaine contemporaine avec Et on entendait les grillons, de Corina Sabau. « Et on entendait les grillons s’attaque frontalement au tabou des avortements clandestins dans la Roumanie des années 1980 et 1990, à travers la douloureuse prise de conscience d’une narratrice sans concession. Un roman court et poignant, ou plutôt un tourbillon de pensées entremêlant une peinture de la vie ouvrière à l’usine au temps du communisme, les réminiscences d’une enfance complexe auprès d’un père violent, et la voix de sa jeune fille Sonia, souffle de vie d’une génération nouvelle. Un livre choc au rythme effréné qui ne pourra laisser indemne. » Présentation complète sur le site des Editions Belleville. En librairie le 11 juin.

  • Un article à retrouver sur ce lien!
  • A retrouver aussi sur le blog, trois publications des Éditions Belleville, toutes des traductions de textes contemporains d’Europe centrale et des Balkans et toutes recommandées : Blue Moon, de Damir Karakaš (traduit du croate par Chloé Billon), Ce que l’on ne peut confier à sa coiffeuse, d’Agata Tomažič (traduit du slovène par Stéphane Baldeck), et L’Empire de Nistor Polobok, de Iulian Ciocan (traduit du roumain (Moldavie) par Florica Courriol).  

Quelques nouvelles parutions m’avaient échappé en mai :

Chez Agullo : Mars, d’Asja Bakić : « Peuplées d’écrivaines, de solitaires, de meurtrières ou de clones qui toutes tentent de trouver un sens à leur réalité désaxée, ces histoires teintées d’humour noir lèvent le rideau sur l’étrangeté du quotidien et revisitent avec brio quelques thèmes classiques de la science-fiction d’un point de vue féminin. » Présentation de l’éditeur. Traduit du croate (Bosnie) par Olivier Lannuzel.

Aux Editions Autrement : Années de guerre, de Vassili Grossman : « Années de guerre est en quelque sorte une version fragmentaire d’épisodes et de personnages que l’on retrouvera dans les romans Pour une juste cause et Vie et destin. C’est dans ces pages que prennent vie le soldat Gromov et son lance-roquette antichar ou les tireurs d’élite Tchékhov et Zaïtsev, d’autres encore, personnages héroïques et souffrants, figures vivantes devenues classiques de la littérature mondiale. Constitué de récits héroïques, dramatiques ou glaçants, Années de guerre est tout autant un formidable recueil littéraire qu’un extraordinaire document pour l’histoire. » Le recueil a d’abord été publié en français à Moscou aux Editions en langues étrangères, sans que soit précisé le nom du traducteur. Présentation de l’éditeur ici, et extrait ici.

Chez Denoël, un roman graphique : Le Fantôme d’Odessa, d’Alexander Pavlenko et Camille de Toledo. « Mai 1939. L’écrivain Isaac Babel est incarcéré à la prison de la Loubianka. Il y sera interrogé et torturé durant huit mois avant d’être secrètement exécuté le 27 janvier 1940, sur ordre de Staline. Pour tenir, il écrit à sa fille Nathalie, réfugiée en France avec sa mère. La lettre du condamné à mort prend la forme d’un examen de conscience. Comment ses idéaux de liberté, son refus des dogmes, son humanisme l’ont-ils écarté de cette révolution à laquelle il a cru ? Les visions qui lui reviennent sont celles de sa jeunesse à Odessa, la ville turbulente, affranchie, éclatante de vie, de couleurs et de drames des bandits juifs emmenés par le « Roi » Bénia Krik, qu’il a peinte dans ses premiers récits. » Présentation de l’éditeur.


8 commentaires on “Une toute petite poignée de nouveautés en juin”

  1. nathalie dit :

    Sur les avortements en Roumanie je crois que j’ai vu un film (peut-être primé à Cannes), très réaliste et violent sur le sujet. Brrr.
    Bon je ne connais pas les éditions de Belleville, mais elles ont de très jolies couvertures, cela donne envie d’aller voir.

  2. Marilyne dit :

    J’ai croisé  » Années de guerre « , je me suis abstenue n’ayant toujours pas lu Vie et destin qu’il serait temps que je rende prioritaire ! Une petite pause dans les nouvelles publications, parfois, ça fait du bien 😉 ( parce que la rentrée littéraire va arriver trop vite… )


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s