(Auto)portraits de femmes

Parmi mes lectures récentes, une m’a emmenée dans la Roumanie des années Ceauşescu, l’autre dans le Paris des années 1930 et 1940. Malgré tout ce qui sépare ces deux romans, il y avait un élément qui les a rapprochés dans mon esprit : tous deux sont des portraits de femmes à la fois fortes et vulnérables, situés de part et d’autre de la frontière entre fiction et réalité, mais tous deux rédigés à la première personne.

Il s’agit de Dora Maar et le Minotaure, de Slavenka Drakulić (Editions Charleston, 2021) et de Et on entendait les grillons, de Corina Sabău (Belleville Editions, 2021), deux romans qui feront l’objet de mes prochaines chroniques.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s