Un clin d’oeil à Goran

11 faits sur moi.

1. Je suis très très cool. 😊

C’était la première réponse de Goran au tag liebster award, en 2017, et c’était tout le Goran tel qu’il existait sur son blog autour des livres et des films.

Et oui, Goran était plutôt très cool, et aussi plein de surprises. Surprises dans ses lectures (et ses films), tellement éclectiques ; surprises dans ses avis tranchés, ironiques, « acerbes et drôles » (pour reprendre sa propre définition) et parfois joyeusement assassins ; surprises dans son inventivité (combien d’entre nous réalisent nos propres couvertures de livre ?), et surprises jusqu’à sa disparition, au printemps, qui a pris beaucoup d’entre nous au dépourvu.

Eva et Patrice organisent aujourd’hui une lecture commune en hommage à Goran, autour du roman Le petit joueur d’échecs de Yōko Ogawa (traduit du japonais par Rose Marie Makino-Fayolle). Ils rassembleront peut-être les liens des participants sur leur blog. Pour ma part, j’ai choisi plutôt de me souvenir de notre dernière lecture commune, avec Goran, en mars cette année.

Pour moi, c’était « un livre magistral ». Goran, lui, l’avait trouvé « un peu trop foutraque à [s]on goût », décrétant que c’était :

« un petit roman qui ne fait qu’environ cent vingt-cinq pages. Fort heureusement ! S’il avait été plus gros, j’aurais eu du mal à aller jusqu’au bout. »

Il s’agissait de La visite de l’archevêque, d’Ádám Bodor, traduit du hongrois par Jean-Michel Kalmbach (Robert Laffont, 2001). Pour retrouver sa chronique, publiée le dernier jour du Mois de l’Europe de l’Est qu’il co-organisait avec Patrice et Eva, c’est sur ce lien,. En attendant de lire un jour à mon tour Le petit joueur d’échecs, je remets ci-dessous ma propre chronique, en remerciant Eva et Patrice d’avoir organisé cet hommage à Goran.

Lire la suite »