2022: un programme pour un mois, deux mois, une année

Un mois

Ce mois-ci, j’avais prévu de chroniquer une petite poignée de livres récents, revenant chacun à sa manière sur les aspects les plus sombres du milieu du XXe siècle. Et puis, il m’est venu à l’esprit que j’ai d’autres livres – moins récent, parfois assez confidentiels – qui complèteront très bien ces nouvelles lectures.

Alors, si tout va bien, mes chroniques de janvier arriveront par paires. L’atmosphère ne sera généralement pas très riante, elle sera même parfois franchement désespérante, mais il y aura quand même parfois un peu d’humour et de chaleur humaine.

[Edit : voici les titres :

– deux romans sur la seconde guerre mondiale : l’un bulgare (Les dévastés), l’autre hongrois (Jours glacés)

– deux récits marqués par les déportations sous Staline : l’un polonais (Accrochée à la vie), l’autre letton (Petit déjeuner à minuit)

– deux livres abordant avec une dose d’humour deux camps de travail très différent : l’un hongrois (Les beaux jours de l’enfer) et l’autre géorgien (Ténèbres sacrées)]

Deux mois

Puis, à partir du 27 janvier et jusqu’au 3 février, ce seront les lectures communes autour de l’Holocauste, avec un programme de lectures varié, mais qui assombrira encore un peu la tonalité des chroniques du blog. C’est une initiative menée de pair avec Et si on bouquinait ? et ouverte à toutes les participations : j’ai présenté l’édition 2022 dans ce billet.

Pour le reste de février, je ne sais pas encore mais je passerai probablement à des époques plus optimistes, peut-être aussi par le biais de la non-fiction.

Une année sous le signe des Nobel

Pour terminer, ce n’est pas un programme pour l’année dont je m’apprête à vous parler – juste un fil conducteur. Un fil conducteur qui combine les mots clé « prix Nobel » et « Europe centrale, de l’Est et des Balkans » et avec lequel je me propose de lire un prix Nobel de littérature « de l’Est » par mois, en commençant par le polonais Henryk Sienkiewicz (1905) et en continuant jusqu’à la polonaise Olga Tokarczuk (2018). Ce ne sera pas nécessairement dans cet ordre-là, et il y a de toute manière plus que douze lauréats, même en laissant de côté les lauréats russes (Bounine, Pasternak, Cholokhov, Soljenitsyne), et surtout si, comme j’ai bien l’intention de le faire, je leur rajoute Elie Wiesel (prix Nobel de la Paix en 1986).

Voici donc les quatorze écrivains et écrivaines parmi lesquels je vais piocher au cours de cette année, peut-être au rythme d’un par mois, et peut-être pas. Joignez-vous à moi si vous souhaitez, dans l’ordre que vous voulez, au rythme que vous pouvez, et ajoutez à cette liste les auteurs russes si l’envie vous en prend !

Je les présente un peu plus, avec des suggestions de lectures en français (dont certaines déja présentes sur ces pages), sur cette page à retrouver également via l’image dans la barre de droite du blog. Déposez-y également, dans les commentaires, les liens vers vos billets !


Lauréat 1905 (Littérature) : Henryk Sienkiewicz (1846-1916) – écrit en polonais

Lauréat 1924 (Littérature) : Władysław Reymont (1867-1925) – écrit en polonais

LC le 10 juin Lauréat 1961 (Littérature) : Ivo Andrić (1892-1975) – écrit en serbo-croate

Lauréat 1966 (Littérature) : Shmuel Yosef Agnon (1888-1970) – écrit en hébreu

LC le 8 juillet Lauréat 1978 (Littérature) : Isaac Bashevis Singer (1902-1991) – écrit en yiddish

Lauréat 1980 (Littérature) : Czesław Miłosz (1911-2004) – écrit en polonais

Lauréat 1981 (Littérature) : Elias Canetti (1905-1994) – écrit en allemand

LC en mai? Lauréat 1984 (Littérature) : Jaroslav Seifert (1901-1986) – écrit en tchèque

Le 28 janvier Lauréat 1986 (Paix) : Elie Wiesel (1928-2016) – écrit en français et en anglais

Lauréate 1996 (Littérature) : Wisława Szymborska (1923-2012) – écrit en polonais

1ere LC le 3 février, 2e LC en octobre Lauréat 2002 (Littérature) : Imre Kertész (1929-2016) – écrit en hongrois

LC le 15 avril Lauréate 2009 (Littérature) : Herta Müller (1953) – écrit en allemand

Lauréate 2015 (Littérature) : Svetlana Alexievich (1948) – écrit en russe

LC en octobre Lauréate 2018 (Littérature) : Olga Tokarczuk (1962) – écrit en polonais

Avant de commencer tout ça :

Je prépare le premier article de l’année sur les nouvelles publications/rééditions : c’est pour vendredi.

A bientôt !


49 commentaires on “2022: un programme pour un mois, deux mois, une année”

  1. nathalie dit :

    Ce teasing, cette anticipation… En ce qui concerne les Nobel, j’ai lu Kertesz et Sienkiewicz, mais j’en ai au moins 3 donc je pourrai ponctuellement me joindre à toi (doute sur le 4e : j’ai lu plusieurs choses de Singer, pas tout, et en plus il y a toute une famille, mais il doit me rester un ou deux titres, surtout que les éditeurs en publient tous les ans).

    • Pour Singer, autant que je sache, les Nobel sont des prix individuels et donc je n’accepterai pas les tentatives de regroupement familial! Cela dit, il faudrait que je lise moi aussi, un jour, Israël ou Esther Kreitman (dont je m’aperçois au passage qu’elle est traduite en français).
      Quels sont les trois que tu as? On peut peut-être se coordonner sur quelque chose? Je vais lire un Elie Wiesel ce mois-ci, Kertész début février, puis les auteurs les plus faciles à me procurer en français pour le moment sont Herta Müller, Alexievich et Milosz; pour les autres, ça marchera aussi, peut-être dans une autre langue pour moi.

  2. Ingannmic dit :

    Beau programme ! Certains des auteurs nobelisés me sont complètement inconnus, je suivrai donc avec intérêt tes pérégrinations autour de leur œuvre. Et n’hésité pas à faire une petite pause « latino » en février !

    • J’espère que ces pérégrinations te donneront envie de lire certains de ces inconnus à ton tour – en 2023, une fois que tu seras arrivée au bout de tous tes titres prévus pour 2022!
      J’ai déja emprunté un Leonardo Padura à la bibliothèque – le plus petit (Adios Hemingway) étant donné que je vais le lire en VO. Si tout va bien, je ferai plein de micro-pauses en janvier-février pour le lire avant de préparer ma contribution écrite en février.
      J’ai vu que tu as « Médaillons » de Zofia Nalkowska dans ta liste. C’est quelle édition? Je l’ai acheté en anglais parce que je n’arrivais pas à trouver d’édition complète en français. J’espère le recevoir à temps pour l’inclure dans les lectures communes autour de l’Holocauste.

  3. Vincent dit :

    C’est une très bonne idée de chroniquer les récipiendaires du Prix Nobel. Même si Kundera manque…
    Sinon, comment participer ?

    • Kundera… et d’autres! Je crois qu’au fil de mes lectures il me viendra d’autres noms de lauréats ou lauréates potentiels, déjà décédés ou encore vivants.
      Comment participer… c’est une bonne question. D’abord, lire! Ensuite, pour partager:
      – si vous avez un blog, mettez le lien vers votre article dans les commentaires sous la page dédiée (https://passagealest.wordpress.com/619-2/des-prix-nobel-deurope-centrale-de-lest-et-des-balkans/)
      – si vous n’avez pas de blog mais vous avez un autre compte sur les réseaux sociaux, vous pourrez mettre le lien vers le post dans les commentaires
      – et si vous ne pouvez pas partager de liens, laissez quand même un message dans les commentaires, avec vos impressions sur le titre ou l’auteur lu!
      Je ferai un article en fin d’année, récapitulant toutes mes lectures et celles des autres participants. D’ici là, je vous souhaite de bonnes (re)découvertes!

      • Zut, je m’aperçois que la page dédiée ne permet pas de commentaires. Je vais me pencher sur ce petit problème et lui trouver une solution.

      • Vincent dit :

        D’accord, c’est noté.

        Les auteurs lus :
        Ivo Andrić, Shmuel Yosef Agnon, Isaac Bashevis Singer, Czesław Miłosz, Elias Canetti, Elie Wiesel, Imre Kertész, Svetlana Alexievich, Olga Tokarczuk.

        Andric, je n’étais pas allé au bout (il est à relire) et Agnon, malgré de très bonnes parties, j’avais moyennement apprécié. Les autres auteurs sont magnifiques.

        Je vais tenter Herta Muller.

      • Je sais que le style de Herta Müller est loin de faire l’unanimité. Moi-même je n’avais pas été tout à fait convaincue par La bascule du souffle, mais c’est le seul que j’ai lu jusqu’ici. Mon prochain sera son livre d’entretiens, Tous les chats sautent à leur façon.
        Sinon, il ne vous reste presque plus que les deux polonais les plus anciens!

  4. Marilyne dit :

    Merci pour cette liste. Je me joindrai à toi, cela fait trop longtemps que je me promets de lire Ivo Andric. J’ai lu certains de ces auteurs, avec grand intérêt, ce serait donc l’occasion de les relire enfin : Herta Müller, S. Alexievich, et surtout Imre Kertész dont j’avais commencé à explorer l’oeuvre. Olga Tokarszuk, c’est déjà prévu :). Je me réjouis de lire tous tes billets qui vont aussi me permettre de découvrir tous les autres.

    • Et parmi ceux-là, combien as-tu mis de côté pour mars? Parce que, pour ceux qui ne sont pas étiquetés « mois de l’Est », et si tu souhaites faire au moins une lecture en commun, je pourrais proposer avril pour Herta Müller, mai ou juin pour Ivo Andric, et octobre pour Tokarczuk. Pour Kertész, ce sera début février. Je n’ai pas encore choisi, pour mars.

      • Marilyne dit :

        J’ai réalisé tardivement que j’aurai pu relire Kestész pour ton rendez-vous de fin janvier – début février, mais j’ai prévu une autre lecture que j’ai décalée pour cette période. Pour Tokarczuk, j’aimerai que ce soit pour mars. En revanche, nous pouvons prévoir comme tu le proposes avril avec H.Müller et mai-juin pour Ivo Andric, avec plaisir.

      • Parfait pour Herta Müller en avril (le 12?) et pour Ivo Andric en juin (le 10?). Et pour Tokarczuk, on se croisera en mars si je décide d’en lire deux cette année, mais je garde octobre comme mois prioritaire. De belles lectures en perspective, et en bonne compagnie!

  5. flyingelectra dit :

    Hello ! j’en ai repéré 4 – à voir donc comment je les intègre dans mon planning (je parle des Nobel) mais deux sont en fin d’année si je suis l’ordre chronologique donc pas mal ! Merci pout toues les informations – une vraie mine d’or ce blog 😉

    • A voir les commentaires, je crois que ceux « en fin d’année » seront ceux qui auront le plus la cote! Si tu as un livre de Tokarczuk et que tu souhaites faire une lecture commune (autour de l’auteur, pas d’un titre en particulier), on pourrait en faire une en octobre, pour célébrer l’anniversaire de son Nobel?

  6. worldcinecat dit :

    J’aime la majorité des oeuvres de Olga Tokarczuk, à l’exception des Pérégrins, mais merci pour tes idées d’autres prix Nobel que je ne connais pas du tout.

  7. nathalie dit :

    Calendrier de lecture noté !

  8. Madame lit dit :

    Bravo pour ce programme autour des prix Nobel!

  9. […] réunis dans la même cellule après leur arrestation. Dans l’esprit d’association des livres que j’avais évoqué ici, ce détail servira de pont avec ma chronique suivante, qui nous emmènera en Yougoslavie, par une […]

  10. Madame lit dit :

    Je viens de découvrir dans ma bibliothèque un Kertész que je n’ai pas lu alors je vais participer en février. Il faut publier le premier lundi du mois?

  11. Madame lit dit :

    Mais il est où ton calendrier? As-tu des dates qu’il faut respecter? On peut lire au hasard et juste mettre le lien de ton billet? Merci!!! J’essaye de m’organiser car je viens de découvrir un Kertész dans ma bibliothèque que je n’ai pas lu…

    • Au départ je ne m’étais pas imposé de calendrier précis; il se met petit à petit en place avec les lectures communes avec les un.e.s et les autres. Je suis très contente que tu te joigne à cette initiative!
      Pour Kertész, j’ai prévu de le chroniquer le 3 février, dernier jour des lectures communes autour de l’Holocauste. Est-ce que ça t’ira? Si oui, j’inclurai la date demain quand je mettrai à jour ce billet et l’article récapitulatif sur les Nobel (accessible via l’image en haut à droite de l’écran).

  12. Emma dit :

    Excellente idée, ce fil conducteur autour des prix Nobel. Sur les 14, j’en connais 8, au moins de nom.

    Avec tout le bien que j’en lis, il faudra vraiment que j’essaie un livre d’Olga Tokarczuk.

    • Merci! Tu nous diras si le ratio a changé, à la fin de l’année?!
      Pour Olga Tokarczuk, tu pourrais essayer de lui faire une petite place en octobre en te joignant à notre lecture commune (date exacte tbc)?

      • Emma dit :

        Octobre est en général un mois très chargé au travail, pas sûre de pouvoir vous rejoindre.

      • C’est comme tu le souhaites. Certains de ses livres ne sont pas très longs … et puis, si on se donne rendez-vous au tout début octobre, tu pourrais la lire en septembre avant de te faire engloutir par le travail???

      • Emma dit :

        Je vais faire des recherches, pour en trouver un court. Une suggestion?

      • J’ai lu des avis assez variés sur Sur les ossements des morts – je crois qu’il pourrait te plaire, ou du moins que tu pourrais nous faire un billet très intéressant sur le roman (304 pages aux Eds Noir sur Blanc).
        Sinon, j’ai lu Dieu, le temps, les hommes et les anges, que j’ai beaucoup aimé, et je lirai soit Récits ultimes (350 pages en Livre de poche), soit Les pérégrins (540 pages).
        Je te mets les nombres de pages pour te donner un ordre d’idée, mais j’ai été surprise, en regardant dans mon exemplaire de Dieu, le temps, les hommes et les anges, de voir qu’il fait 400 pages. J’en ai tellement apprécié le style et l’univers, que je n’ai pas du tout le souvenir d’avoir lu un livre « long ».

      • Emma dit :

        Bon, j’ai Sur les ossements des morts.
        On se retrouve à l’automne pour le billet!

  13. Magdalena dit :

    Bonjour,
    Très intéressante votre proposition d’articles sur les prix Nobel de la région Europe centrale et de l’Est! Ces derniers temps j’ai lu un livre que vous avez recommandé: Bratislava 68 été brûlant (de Viliam Klimacek, chez Agullo). J’ai des origines en Slovaquie (lorsqu’elle faisait partie de la Tchécoslovaquie), forcément ce livre m’a beaucoup intéressée et touchée, merci pour l’idée de lecture. Par ailleurs, d’autres auteurs de langue tchèque comme Bohumil Hrabal (magnifique!) ou slovaque (Margita Figuli ou Timrava, classiques) mériteraient d’être mis en avant.

    Quant aux prix Nobel, je vois que Jaroslav Seifert n’a pas été plébiscité, et n’a pas encore de biographie sur votre site. Pourrais-je apporter ma petite pierre à l’édifice?

    • Bonjour, Merci de votre passage, je suis très contente de savoir que vous avez trouvé de bonnes idées de lectures ici! Vous avez raison, Hrabal mériterait d’être mieux mis en valeur. Il me semble que Margita Figuli n’est pas traduite en français? J’ai son Tri gaštanové kone qui attend que je le lise dans la traduction anglaise (publiée par un éditeur qui a aussi publié Ivan Olbracht qui, lui, est traduit en français mais il y a plus de cinquante ans)…
      Pour Jaroslav Seifert, en effet, il attend aussi que je lui fasse sa petite biographie. Voulez-vous vous joindre à moi pour le lire? Par exemple en mai? Je peux trouver ici son Le parapluie de Piccadilly, ou essayer de me procurer Toutes les beautés du monde.

  14. Madame lit dit :

    Voici ma chronique sur Irme Kertéz :https://madamelit.ca/2022/02/03/madame-lit-le-drapeau-anglais-suivi-de-le-chercheur-de-traces-et-de-le-proces-verbal/ Au plaisir de lire la tienne! J’ajouterai ton titre d’article dans le mien lorsque tu auras publié. 🙂


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s