7 livres parmi les nouvelles publications de janvier

7 livres, 7 langues, 7 maisons d’édition pour cette sélection « à l’Est » parmi les nouvelles publications de ce mois :

Lire la suite »

Nouvelles publications : un tour en Lettonie, et de là en Biélorussie

Latvija

Juste un titre pour ce mois de décembre – une fois n’est pas coutume, c’est d’un titre traduit du letton qu’il s’agit : « chronique réaliste d’une enfance ouvrière » à Riga à la fin des années 1930, Bylle, de Vizma Belčevica, « ne craint pas les noirceurs. Elle dresse le portrait d’une fillette imaginative, vive, intelligente, qui sait ce que signifie survivre et combien il est difficile de faire des choix tout en restant honnête et humain. » D’abord paru en letton aux Etats-Unis en 1992, Bylle est le premier livre d’une trilogie semi-autobiographique. Il est aujourd’hui traduit en français par Gita Grīnberga et Jean-Jacques Ringuenoir pour les éditions du Cygne qui en proposent une présentation plus complète sur leur site.

Lire la suite »
Publicité

Sur les étagères en novembre 2022

Qui cherche trouve… En commençant à préparer cet aperçu des publications en provenance de (ou sur) l’Europe centrale, de l’Est et des Balkans, j’avais l’impression qu’il n’y aurait pas grand-chose à se mettre sous les yeux. Finalement, ce n’est pas si mal du tout, surtout si l’on inclut les deux-trois titres qui s’étaient cachés derrière les étagères lorsque j’ai fait mon dernier article (et le premier rattrapage) (et le deuxième rattrapage) sur les publications d’octobre. 

Il y a toujours parmi les nouvelles publications des rééditions de classiques, et c’est avec ceux-là ainsi qu’avec les classiques qui font leur première apparition en français, que je vais commencer. Ensuite, ce sera le tour de textes plus contemporains. 

Lire la suite »

Les oubliés d’août-septembre 2022, et même quelques-uns de 2021

Décidément, la littérature d’Europe centrale, de l’Est et des Balkans est un puits sans fond, même quand on se limite aux traductions françaises. J’avais déjà proposé un premier billet sur les nouvelles publications d’octobre, puis un billet de rattrapage, et voilà que j’ai déjà matière à proposer un deuxième billet de rattrapage avant d’attaquer novembre.

Au menu d’aujourd’hui, un petit roman roumain nonagénaire, un peu de science-fiction, et un bon paquet de BD.

Lire la suite »

Les oubliés d’août-septembre

La liste des nouvelles publications en provenance « de l’Est » de la rentrée littéraire 2022 était déjà longue… et pourtant il lui manquait plusieurs titres ! Voici donc un rattrapage avec fiction, non-fiction, poésie…


Lire la suite »

Et voilà octobre avec son lot de livres

Voyager rime avec feuilleter mais pas avec lire : c’est une évidence qui s’est avérée pour moi au cours de ce mois de septembre passé par monts et par vaux, après un mois d’août passé par monts et par vaux et avant un mois de septembre par monts et par vaux.

Ainsi, hormis Moon Palace et Gibier, je n’ai vraiment pas lu grand-chose ce mois-ci.

Pendant ce temps, le programme des nouvelles publications d’octobre en provenance « de l’Est » ou le concernant s’est bien étoffé. Avant de parler de quelques-unes de ces nouvelles publications, un mot sur Gibier, et une annonce de lecture commune.


Lire la suite »

Août-septembre : à nouveau du nouveau à lire

C’est bientôt la rentrée ! (apparemment). En tout cas, côté livres, c’est certainement déjà la rentrée. Comme d’habitude, la question du nombre – magique ou maudit – des nouvelles publications de cette rentrée littéraire, agite. Les publications en provenance d’Europe centrale, de l’Est et des Balkans ne sont pas – de loin – les principales fautives, mais il y en a quand même une jolie brassée. On trouve par exemple :

Lire la suite »

Février-juin, un A à T des nouvelles publications (+ quelques actualités)

Mon dernier récapitulatif des nouvelles publications date de février et, depuis, les livres ont continué à sortir et à s’empiler. Il est plus que temps de faire un retour sur les nouvelles parutions – ou rééditions – de ces quatre derniers mois, n’est-ce pas ?

Voici donc une vingtaine de titres, organisés par langue d’origine – une douzaine – de l’albanais du Kosovo au polonais de la Pologne, du roumain (et de l’allemand) de Roumanie au tchèque de Tchéquie, en passant par le français pour parler d’Europe. Principalement du neuf mais aussi un peu du vieux ; de la fiction, de la poésie, des gros et des petits romans, des œuvres complètes… Et puis trois actualités littéraires pour terminer.

Lire la suite »

Witold Szabłowski – Les Ours dansants. De la mer Noire à la Havane, les déboires de la liberté

Dans Abraham le Poivrot, loin de Tolède, œuvre de fiction (chroniquée ici), le narrateur enfant assiste au triste départ des tsiganes de la ville, exilés dans une lointaine province bulgare dans les premiers mois du nouveau régime communiste d’après-guerre. Venant clore la caravane de chariots bâchés remplis d’enfants et de mobilier et suivie des chiens et des poulains, écrit l’auteur Angel Wagenstein, « son lourd arrière-train se balançant d’un côté et de l’autre, l’ours fut le dernier à disparaître dans l’ombre verte de l’osier ». Peu de temps auparavant, participant à une fête tsigane, l’enfant avait vu les propriétaires de cet ours anonyme s’efforcer « d’enseigner cet art compliqué de la danse » à l’animal « aussi lourd qu’indocile, attaché par une chaîne passée dans son museau ».

C’est à un autre tournant de l’histoire bulgare du XXe siècle que nous trouvons, dans Les Ours dansants, reportage littéraire de Witold Szabłowski, les ours Vela, Micho, Svetla, Mima, descendants en chair et en os de l’ours anonyme et fictif de Wagenstein. Au cours des dix premiers chapitres du livre, Szabłowski s’intéresse en effet au statut des ours dressés dans la société tsigane bulgare d’après la « transformation » du début des années 1990 et notamment au moment de l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne en 2007. Les derniers « ours dansants » sont alors achetés (le mot « confisqué » est également utilisé) à leurs propriétaires et intégrés dans une réserve pour animaux sauvages, le parc de Bélitza (qui fonctionne encore, en coopération avec la fondation Brigitte Bardot, et a élargi son périmètre d’action aux ours utilisés dans les cirques).

Lire la suite »

Février 2022 : à nouveau des parutions en provenance d’Europe de l’Est, centrale et des Balkans

Le premier récapitulatif de l’année sur les nouvelles parutions (ou rééditions) en provenance de (ou sur) l’Europe de l’Est, centrale et des Balkans, parait déjà plus que lointain. Voici, traduit du hongrois, de l’albanais, du russe (Ukraine), du polonais, du bulgare, du géorgien, ainsi que de l’allemand, de l’anglais et de l’italien, un aperçu des publications de ce mois-ci.

Lire la suite »